Îles marquises

Aranui

Croisière aux îles marquises, l'archipel mythique

Mythique et mystique. Une terre qui a attiré les explorateurs et inspiré les écrivains, les peintres et les artistes. Des paysages accidentés et époustouflants de montagnes, de vallées, de plateaux et de falaises. Une nation d’anciens guerriers fiers et redoutables, distincts des Tahitiens, avec leur propre langue et leur propre culture. Un peuple qu’un simple sourire conquiert. Les îles Marquises sont un monde à part entière.

 

Situées à 1 500 km au Nord-Est de Tahiti, l’archipel des Marquises se compose de 12 îles, dont seulement 6 sont habitées. Les Marquises émergent de l’océan Pacifique, hautes et luxuriantes. La nature y est brute et son charme puissant. C’est une terre d’histoires et de légendes, aussi fascinante qu’inoubliable. Bienvenue sur les îles Marquises, la « Terre des Hommes ».

 

Fenua Enata devrait être le nom que l’on retient des Marquises. D’après la légende, chaque île de l’archipel est un des piliers de fondation d’une divine maison, bâtie pour les hommes par le dieu Oatea et son épouse Atanua.

 

Les deux grands piliers furent Ua Pou, la poutre faîtière Hiva Oa ; les autres poutres et traverses furent Nuku Hiva, Fatu Hiva le toit ; Tahuata était la lumière de l’aube, Mohotani le chant de l’oiseau et l’ensemble des restes de la construction devinrent Ua Huka. Après le temps des dieux vint le temps des hommes. Or, l’efficacité espagnole, qui avait lancé ses galions sur l’ensemble de la terre dès le 15ème siècle, en décida autrement. Ainsi le nom Marquesas fut-il donné par l’explorateur espagnol Alvaro de Mendaña dès 1595, tandis que les quatre îles du sud, aperçues ou explorées par les marins de l’expédition espagnole, prirent de saints noms : Santa Magdalena (Fatu Hiva), Santa Dominica (Hiva Oa), Santa Cristina (Tahuata) et San Pedro (le rocher noir de Moho Tani). Celles du nord eurent les honneurs d’un Américain, en 1791, Joseph Ingraham et furent aussi rebaptisées : Ua Huka devint Federal, Nuku Hiva devint Washington et Ua Pou, l’île Adams.

 

La postérité oublia vite ces noms que les Marquisiens avaient toujours ignoré, tandis que le Français Etienne Marchand prenait possession de l’archipel au nom de la France et du nouveau régime. Ces îles devinrent les îles de la Révolution. L’histoire s’en réjouit furtivement, pas la mémoire, qui n’a finalement conservé, au fil des ans, que Les Marquises. De cette dénomination administrative, la poésie s’empara et l’on aime assez finalement, la douceur de ce titre. Mais pour vous visiteurs, qui souhaitez ressentir l’histoire et la puissance émotionnelle des Marquises, rappelez-vous ceci : ces îles du bout du monde s’appellent Fenua Enata, la Terre des Hommes.

 

La légende des Iles Marquises assimile la création de l’archipel à la construction par le dieu Oatea d’une maison pour son épouse Atanua

 

ÎLES MARQUISES : INFORMATIONS PRATIQUES

Situées dans le Nord de l’océan Pacifique Sud, à 1 500 km au nord-est de Tahiti, les Marquises sont un des archipels les plus éloignés au monde. Cet archipel volcanique est composé de 12 îles (11 îles hautes et 1 atoll), dont seulement six sont habitées : Nuku Hiva, Ua Pou, Ua Huka, Tahuata, Hiva Oa et Fatu Hiva. La plus grande île de l’archipel est Nuku Hiva et elle est habitée par environ 3000 personnes. L’île la plus petite et inhabitée est Motu Nui, qui ne fait que 0,36 km². Les îles Marquises ont été découvertes en 1595 par Álvaro de Mendaña y Neyra, un navigateur espagnol. En 1842, les îles Marquises ont été annexées par la France et elles font maintenant partie de la Polynésie française. Les îles Marquises sont connues pour être un paradis naturel : ici, pas de lagon, mais des blocs de lave surgis au milieu du Pacifique, striés de profondes vallées verdoyantes. Les Marquises s’offrent dans leur authenticité et imposent leur différence. L’archipel des Marquises est également connu pour son artisanat unique, notamment les statues de tiki, les bijoux en bois ou en os, les pirogues sculptées et les tissages colorés.

 

De par leur isolement géographique, découvrir les îles Marquises constitue une expérience à part au cours d’un séjour (croisière) en Polynésie. Le meilleur moyen de s’y rendre, parfois même le seul, est à bord du bateau cargo l’Aranui, lien essentiel avec le monde extérieur pour les marquisiens. L’Aranui vous fera découvrir certains des villages les plus reculés au monde à travers une croisière inoubliable, qu’aucun autre bateau ne dessert.

Rafraîchi par les douces brises du Pacifique Sud, le climat de la Polynésie française est idéal. Tropical mais modéré, les journées sont ensoleillées et agréables, avec une température annuelle moyenne de 27°C, permettant à la destination d’être visitée toute l’année. Avec une saison chaude et humide durant l’été austral (de novembre à avril) et une saison fraîche et sèche (de mai à octobre), l’étendue géographique de la Polynésie signifie que chaque groupe d’îles à un climat légèrement différent.
Étant plus proche de l’Équateur, les îles Marquises ont un climat subtropical plus chaud et plus humide que celui des îles de la Société. Dans l’archipel des Marquises, les mois les plus secs se situent entre août et décembre et les mois les plus humides sont mars et avril. Même s’il y a fréquemment du soleil. Les îles du sud des Marquises sont les plus humides, tandis que les îles du nord sont les plus sèches.
La meilleure période pour faire une croisière aux îles Marquises est donc entre mai et décembre-janvier, quand il y a le moins de pluie. A noter cependant que toute l’année est propice pour visiter les îles Marquises avec l’Aranui, l’expérience étant avant tout basée sur la découverte de la culture et des traditions marquisiennes.

La flore, originaire de l’Asie du Sud-Est et d’Amérique du Sud et la faune terrestre sont arrivés aux Marquises par l’océan, poussés par les vents ou la houle du Pacifique. Les Marquises sont caractérisées par une flore endémique riche, que son isolement à réussi à préserver et conserver à 50%. L’arboretum de Ua Huka protège des espèces rares ou menacées et abrite de nombreuses variétés d’arbres du Pacifique. En raison de sa situation géographique éloignée, la faune terrestre de l’archipel est restreinte. Importés du Chili au 19ème siècle, les chevaux, que Gauguin aimait tant représenter, sont omniprésents sur l’île et sont souvent le seul moyen de locomotion de vallée à vallée. A Ua Uka, appelée souvent « l’île aux chevaux », on peut trouver des chevaux sauvages ainsi que des centaines de chèvres. L’oiseau, très important dans la société marquisienne traditionnelle, compte quelques espèces endémiques dont le « pihiti », qu’on retrouve à Ua Huka le « upe », à Nuku Hiva, ou encore le « pahi » à Tahuata. De plus en plus menacés aujourd’hui, notamment par les rats, les oiseaux vivent plutôt sereinement aux Marquises.

Jusqu’alors essentiellement tournée vers l’agriculture (coprah, citrons, pamplemousses) et vers la pêche, l’activité économique a pris un nouvel élan, bénéficiant des revenus des chantiers publics mais aussi de l’exploitation du «noni», fruit aux multiples vertus, de plus en plus prisé à l’international. En parallèle, un réel essor est connu dans les secteurs de l’artisanat et du tourisme, porté par la renommée internationale que ses hôtes célèbres (Paul Gauguin, Hermann Melville, Jacques Brel) ont façonnée. Du fait de son éloignement géographique, le fret maritime occupe une place essentielle dans l’économie de l’archipel. L’Aranui y joue un rôle essentiel, en assurant d’une part, l’approvisionnement en produits alimentaires, pétroliers et matériaux de construction et d’autre part, l’exportation vers Tahiti des productions locales. Les croisières à bord de notre cargo mixte sont une occasion unique d’assister au déchargement du fret et de rencontrer la population locale.

En plus des plats traditionnels polynésiens, comme le poisson cru à la tahitienne, le « umu », cuit pendant des heures dans un four enterré, à l’étouffé, les Marquises ont leur propres spécialités culinaires. Parmi elles, on retrouve la chèvre au curry, le « popoi », pâte fermentée crée avec du taro, qui est une tubercule cultivée sur les terres marécageuses de l’île. Aliment de base du Marquisien, le fruit de l’arbre à pain (« uru ») se consomme grillé au feu de bois, frit ou cuit au four, ou encore fermenté dans des silos, aux Marquises. Cet arbre joue également un rôle dans l’histoire de Tahiti, puisque c’est pour acquérir quelques pieds de ce végétal afin de l’acclimater dans les colonies britanniques que William Bligh se vit confier l’expédition de 1789, qui donna lieu à la célèbre mutinerie du Bounty.

En plus du français, langue officielle de la Polynésie française, le marquisien est reconnu comme langue régionale française. Distinct du tahitien, et plus proche de l’hawaïen, dont il serait un des principaux ancêtres, le marquisien est composé de deux dialectes : le «eo enana», parlé dans le nord-ouest de l’archipel et le «eo enata » parlé dans le sud-est. En 1977, en réaction à un arrêté imposant le tahitien comme langue obligatoire dans toutes les écoles polynésiennes, trois courageux instituteurs d’Ua Pou soutenus par l’évêque Hervé Le Cleac’h, ont monté l’association Motu Haka, visant à défendre leur langue. Et en 1985, les Marquisiens ont été autorisés à enseigner leur langue à l’école primaire, ce qui constitue une exception dans toute la Polynésie. Après deux siècles d’interdits, où les Marquisiens n’ont jamais pu prier dans leur propre langue, on assiste aujourd’hui à un renouveau culturel du patrimoine marquisien, fier et heureux de marquer sa différence.

Situées dans le Nord de l’océan Pacifique Sud, à 1 500 km au nord-est de Tahiti, les Marquises sont un des archipels les plus éloignés au monde. Cet archipel volcanique est composé de 12 îles (11 îles hautes et 1 atoll), dont seulement six sont habitées : Nuku Hiva, Ua Pou, Ua Huka, Tahuata, Hiva Oa et Fatu Hiva. La plus grande île de l’archipel est Nuku Hiva et elle est habitée par environ 3000 personnes. L’île la plus petite et inhabitée est Motu Nui, qui ne fait que 0,36 km². Les îles Marquises ont été découvertes en 1595 par Álvaro de Mendaña y Neyra, un navigateur espagnol. En 1842, les îles Marquises ont été annexées par la France et elles font maintenant partie de la Polynésie française. Les îles Marquises sont connues pour être un paradis naturel : ici, pas de lagon, mais des blocs de lave surgis au milieu du Pacifique, striés de profondes vallées verdoyantes. Les Marquises s’offrent dans leur authenticité et imposent leur différence. L’archipel des Marquises est également connu pour son artisanat unique, notamment les statues de tiki, les bijoux en bois ou en os, les pirogues sculptées et les tissages colorés.

 

De par leur isolement géographique, découvrir les îles Marquises constitue une expérience à part au cours d’un séjour (croisière) en Polynésie. Le meilleur moyen de s’y rendre, parfois même le seul, est à bord du bateau cargo l’Aranui, lien essentiel avec le monde extérieur pour les marquisiens. L’Aranui vous fera découvrir certains des villages les plus reculés au monde à travers une croisière inoubliable, qu’aucun autre bateau ne dessert.

Rafraîchi par les douces brises du Pacifique Sud, le climat de la Polynésie française est idéal. Tropical mais modéré, les journées sont ensoleillées et agréables, avec une température annuelle moyenne de 27°C, permettant à la destination d’être visitée toute l’année. Avec une saison chaude et humide durant l’été austral (de novembre à avril) et une saison fraîche et sèche (de mai à octobre), l’étendue géographique de la Polynésie signifie que chaque groupe d’îles à un climat légèrement différent.
Étant plus proche de l’Équateur, les îles Marquises ont un climat subtropical plus chaud et plus humide que celui des îles de la Société. Dans l’archipel des Marquises, les mois les plus secs se situent entre août et décembre et les mois les plus humides sont mars et avril. Même s’il y a fréquemment du soleil. Les îles du sud des Marquises sont les plus humides, tandis que les îles du nord sont les plus sèches.
La meilleure période pour faire une croisière aux îles Marquises est donc entre mai et décembre-janvier, quand il y a le moins de pluie. A noter cependant que toute l’année est propice pour visiter les îles Marquises avec l’Aranui, l’expérience étant avant tout basée sur la découverte de la culture et des traditions marquisiennes.

La flore, originaire de l’Asie du Sud-Est et d’Amérique du Sud et la faune terrestre sont arrivés aux Marquises par l’océan, poussés par les vents ou la houle du Pacifique. Les Marquises sont caractérisées par une flore endémique riche, que son isolement à réussi à préserver et conserver à 50%. L’arboretum de Ua Huka protège des espèces rares ou menacées et abrite de nombreuses variétés d’arbres du Pacifique. En raison de sa situation géographique éloignée, la faune terrestre de l’archipel est restreinte. Importés du Chili au 19ème siècle, les chevaux, que Gauguin aimait tant représenter, sont omniprésents sur l’île et sont souvent le seul moyen de locomotion de vallée à vallée. A Ua Uka, appelée souvent « l’île aux chevaux », on peut trouver des chevaux sauvages ainsi que des centaines de chèvres. L’oiseau, très important dans la société marquisienne traditionnelle, compte quelques espèces endémiques dont le « pihiti », qu’on retrouve à Ua Huka le « upe », à Nuku Hiva, ou encore le « pahi » à Tahuata. De plus en plus menacés aujourd’hui, notamment par les rats, les oiseaux vivent plutôt sereinement aux Marquises.

Jusqu’alors essentiellement tournée vers l’agriculture (coprah, citrons, pamplemousses) et vers la pêche, l’activité économique a pris un nouvel élan, bénéficiant des revenus des chantiers publics mais aussi de l’exploitation du «noni», fruit aux multiples vertus, de plus en plus prisé à l’international. En parallèle, un réel essor est connu dans les secteurs de l’artisanat et du tourisme, porté par la renommée internationale que ses hôtes célèbres (Paul Gauguin, Hermann Melville, Jacques Brel) ont façonnée. Du fait de son éloignement géographique, le fret maritime occupe une place essentielle dans l’économie de l’archipel. L’Aranui y joue un rôle essentiel, en assurant d’une part, l’approvisionnement en produits alimentaires, pétroliers et matériaux de construction et d’autre part, l’exportation vers Tahiti des productions locales. Les croisières à bord de notre cargo mixte sont une occasion unique d’assister au déchargement du fret et de rencontrer la population locale.

En plus des plats traditionnels polynésiens, comme le poisson cru à la tahitienne, le « umu », cuit pendant des heures dans un four enterré, à l’étouffé, les Marquises ont leur propres spécialités culinaires. Parmi elles, on retrouve la chèvre au curry, le « popoi », pâte fermentée crée avec du taro, qui est une tubercule cultivée sur les terres marécageuses de l’île. Aliment de base du Marquisien, le fruit de l’arbre à pain (« uru ») se consomme grillé au feu de bois, frit ou cuit au four, ou encore fermenté dans des silos, aux Marquises. Cet arbre joue également un rôle dans l’histoire de Tahiti, puisque c’est pour acquérir quelques pieds de ce végétal afin de l’acclimater dans les colonies britanniques que William Bligh se vit confier l’expédition de 1789, qui donna lieu à la célèbre mutinerie du Bounty.

En plus du français, langue officielle de la Polynésie française, le marquisien est reconnu comme langue régionale française. Distinct du tahitien, et plus proche de l’hawaïen, dont il serait un des principaux ancêtres, le marquisien est composé de deux dialectes : le «eo enana», parlé dans le nord-ouest de l’archipel et le «eo enata » parlé dans le sud-est. En 1977, en réaction à un arrêté imposant le tahitien comme langue obligatoire dans toutes les écoles polynésiennes, trois courageux instituteurs d’Ua Pou soutenus par l’évêque Hervé Le Cleac’h, ont monté l’association Motu Haka, visant à défendre leur langue. Et en 1985, les Marquisiens ont été autorisés à enseigner leur langue à l’école primaire, ce qui constitue une exception dans toute la Polynésie. Après deux siècles d’interdits, où les Marquisiens n’ont jamais pu prier dans leur propre langue, on assiste aujourd’hui à un renouveau culturel du patrimoine marquisien, fier et heureux de marquer sa différence.

Aranui
Aranui
Aranui

LES ESCALES DE NOS CROISÈRES AUX ÎLES MARQUISES

Lors de sa croisière aux îles Marquises, l’Aranui fera escale dans chacune des six îles habitées de cet archipel mythique, que nous ravitaillons en fret. Pendant que l’équipage décharge le fret nécessaire aux habitants, les passagers visitent les îles avec nos guides francophones. Si l’Aranui offre aujourd’hui plusieurs croisières en Polynésie Française, cette croisière aux îles Marquises reste notre itinéraire principal et historique. En tant que transporteur de marchandises principal vers les Marquises, l’Aranui entretient un lien vital avec cet archipel.

Hiva Oa, l'île aux artistes

Selon la légende, Hiva Oa symbolise la « grande maison » du Créateur. Dans les temps modernes, elle est devenue le « jardin des Îles Marquises » grâce à ses terres fertiles et luxuriantes. L’île est implacablement gouvernée par la nature, verte, envahissante et lumineuse au point que les routes et les maisons s’effacent, mêlées à l’environnement. Les paysages accidentés de l’île mélangent des crêtes pointues, des pics et des vallées éparpillées où l’on retrouve des sites archéologiques et des ruines. Hiva Oa possède les plus grandes statues tiki de Tahiti Et Ses Îles. Avec ses plages de sable noir ombragées par de puissantes falaises qui plongent dans l’océan Pacifique, Atuona, le village principal de l’île, est niché à l’extrémité de la Baie de Taaoa. Il est surplombé par le Mont Temetiu à 1 276 mètres et le Mont Fe’ani à 1 016 mètres. C’est aussi l’île où deux célèbres artistes ont choisi de vivre leur vie : le peintre Paul Gauguin et le poète, chanteur et acteur Jacques Brel.

Fatu Hiva, l'île isolée des Marquises

Fatu Hiva, qui constitue le toit de la maison du Créateur, est une île au relief spectaculaire. Dès l’arrivée depuis la mer, sa magie opère avec ses paysages à pic où une végétation luxuriante se confond avec le ciel. En 1937, Thor Heyerdahl et sa femme, en quête de nature et d’authenticité, ont débarqué sur l’île et ont renoncé à leur vie moderne. Aujourd’hui, l’arrivée sur l’île revient à expérimenter les mêmes sensations. Les habitants vivent près du village d’Omoa, où ils fabriquent des tapas traditionnels et renommés faits à partir de l’écorce des arbres. Hanavave abrite la superbe Baie des Vierges, l’une des plus belles plages au monde. Au crépuscule, la lumière embrase les pics de l’île.

Ua Pou, pilier des Marquises

Ua Pou est le symbole des piliers de l’entrée de la « maison du Créateur ». Des colonnes basaltiques monumentales Poutetaunui et Poumaka, deux guerriers légendaires flirtent avec le ciel. En 1888, ils ont inspiré l’écrivain Robert Louis Stevenson qui les compare à deux « flèches volcaniques semblables à un clocher d’église ». Ils surplombent fièrement le village de la Baie de Hakahau, le village principal de l’île.

Ua Huka, l'île aux chevaux

Symbole du « panier garni » de la maison du Créateur, Ua Huka est réputée pour son sol sec et ses paysages. Les chevaux sauvages galopent sur cette terre de couleur désertique et les chèvres sauvages grimpent le long des plaines de cette île mystique et pacifique. Ua Huka invite le voyageur à découvrir un univers isolé et préservé où les ancêtres sont intégrés à la vie quotidienne des habitants.

Nuku Hiva, la plus grande île de l'archipel

Si l’on devait symboliser la maison de Dieu à travers les Îles Marquises, Nuku Hiva qui est la plus grande île, représenterait la partie supérieure. Ses pics vertigineux et ses pentes étonnantes se fondent avec le bleu de l’océan Pacifique. Un univers spécial vous ouvre ses portes. Le point de départ de votre aventure est Taioha’e, la capitale régionale de l’archipel, située à la fin d’une grande baie portant le même nom. Des paysages remarquables, une histoire archéologique incroyable, de superbes histoires et une culture riche sont tous à découvrir au côté d’une population particulièrement amicale.

Tahuata, l'île authentique des Marquises

« Le lever du soleil » ou « le foyer qui illumine », Tahuata détient une place bien particulière et poétique dans la construction de la maison du Créateur. Accessible par la mer, l’île est un havre de découvertes pour le voyageur privilégié qui lui rend visite. Des vallées fertiles côtoient des baies à l’eau cristalline, ce lieu d’histoire et de créativité est un paradis exquis et apaisant. La plupart des habitants vivent de l’artisanat tout simplement remarquable, à l’exemple des pièces sculptées sur des os ou du bois rose appelé miro (Thespesia populnea). Le mono’i, célèbre huile fabriquée à base de noix de coco, mélange savoir-faire et parfum traditionnel délivrant des senteurs hypnotisantes et envoûtantes semblables à un elixir d’amour puissant et voluptueux.

Aranui
Aranui

POURQUOI VISITER LES ÎLES MARQUISES AVEC L'ARANUI

Les Marquises font partie de ces lieux mystérieux, perdus au beau milieu d’un océan et encore peu connues du grand public… Des paysages accidentés et époustouflants de montagnes, de vallées, de plateaux et de falaises. Une nation d’anciens guerriers fiers et redoutables, distincts des Tahitiens, avec leur propre langue et leur propre culture. Un peuple qu’un simple sourire conquiert. Les îles Marquises sont un monde à part entière.

 

Les îles Marquises sont saisissantes de beauté et abondent en vestiges archéologiques. Nature sauvage, territoire des chevaux et chèvres sauvages, culture forte et fascinante, les Marquises ont également été la terre d’accueil d’immenses artistes comme Gauguin et Brel, trouvant là les émotions brutes nécessaires à leur art. Le groupe nord regroupe la grande Nuku Hiva, ’Ua Pou et ses montagnes en pain de sucre, ’Ua Huka l’île aux chevaux ; le groupe sud compte Hiva ’Oa, l’île aux tiki monumentaux, Tahuata et Fatfu Hiva, les plus isolées.

 

Chacune des six îles habitées des Marquises est fière de ses particularités et s’épanouit dans un artisanat d’art traditionnel et créatif de grande qualité. Partout, le tatouage est pratiqué et revêt un sens profond, héritage d’une culture millénaire. Il a atteint aux Marquises un degré d’esthétisme sans précédent. Enfin, l’hospitalité du peuple marquisien est particulièrement marquante.

 

C’est donc une destination idéale pour les voyageurs qui cherchent à découvrir une nouvelle culture et à profiter d’une expérience inédite sur un bateau qui ne ressemble à aucun autre au monde. Si vous êtes à la recherche d’une destination exotique et mythique, les îles Marquises sont faites pour vous !

Faire une croisière aux îles Marquises à bord de l’Aranui, est le meilleur moyen pour découvrir les 6 îles habitées de l’archipel dans toute leur splendeur. L’Aranui 5 est un navire mixte de ravitaillement et de transport de passagers. Ainsi peut-il accueillir, à chaque voyage, jusqu’à 230 passagers dans ses 103 cabines, mais aussi pas moins de 2500 tonnes de fret. Sa route le mène, à travers les Tuamotu, jusqu’aux Marquises, avant un retour à Tahiti. Dans ces îles éloignées, il n’est pas seulement un bateau de croisière, mais un lien essentiel avec le reste de la Polynésie. Quand vous pénètrerez dans les baies cachées des Marquises, alors vous le ressentirez, l’Aranui vous propose bien plus qu’une croisière : un voyage d’aventurier. L’Aranui aux Marquises est une expérience absolument marquante, dépaysante, parfaite pour qui recherche une vraie immersion culturelle. Îles mystérieuses et encore peu connues du grand public, l’Aranui est le moyen le plus original et authentique de découvrir les îles Marquises avant que tout le monde décide de s’y rendre !

La réponse est oui ! Une croisière aux îles Marquises est une destination de vacances parfaite pour les familles qui recherchent un voyage authentique et hors des sentiers battus mais dans le plus grand confort. Les excursions proposées lors de la croisière avec l’Aranui, vous feront découvrir la culture marquisienne à travers les villages, les sites archéologiques et historiques, les artisans. De nombreuses activités sont prévues dont des balades à pied dans des sites naturels grandioses, des démonstrations de chants et danses, de l’artisanat, du 4×4 mais aussi du snorkeling ou, en extra, de la plongée. L’expérience Aranui conviendra donc très bien à des familles avec enfants, notamment si les enfants sont suffisamment grands pour apprécier la découverte d’une autre culture.

Le coût d’une croisière aux îles Marquises à bord de l’Aranui est estimé à environ 5000 à 7400 euros par personne, selon le type de cabine choisie, mais peut descendre à moins de 3200 euros en dortoir. Ce budget comprend l’hébergement et la pension complète à bord du navire (avec le vin de table, l’eau, thé et café), toutes les excursions prévues au programme et les taxes. Il faut rajouter entre 1500 et 2000 euros pour les vols internationaux aller-retour. À ce budget, il faut ajouter le coût des assurances et des dépenses annexes (massages, achats à la boutique du navire, excursions ou plongées en extra etc). Le prix indiqué est un prix moyen, Celui-ci peut varier en fonction de paramètres tels que la période de réservation, le niveau des services choisis, etc.

Les Marquises font partie de ces lieux mystérieux, perdus au beau milieu d’un océan et encore peu connues du grand public… Des paysages accidentés et époustouflants de montagnes, de vallées, de plateaux et de falaises. Une nation d’anciens guerriers fiers et redoutables, distincts des Tahitiens, avec leur propre langue et leur propre culture. Un peuple qu’un simple sourire conquiert. Les îles Marquises sont un monde à part entière.

 

Les îles Marquises sont saisissantes de beauté et abondent en vestiges archéologiques. Nature sauvage, territoire des chevaux et chèvres sauvages, culture forte et fascinante, les Marquises ont également été la terre d’accueil d’immenses artistes comme Gauguin et Brel, trouvant là les émotions brutes nécessaires à leur art. Le groupe nord regroupe la grande Nuku Hiva, ’Ua Pou et ses montagnes en pain de sucre, ’Ua Huka l’île aux chevaux ; le groupe sud compte Hiva ’Oa, l’île aux tiki monumentaux, Tahuata et Fatfu Hiva, les plus isolées.

 

Chacune des six îles habitées des Marquises est fière de ses particularités et s’épanouit dans un artisanat d’art traditionnel et créatif de grande qualité. Partout, le tatouage est pratiqué et revêt un sens profond, héritage d’une culture millénaire. Il a atteint aux Marquises un degré d’esthétisme sans précédent. Enfin, l’hospitalité du peuple marquisien est particulièrement marquante.

 

C’est donc une destination idéale pour les voyageurs qui cherchent à découvrir une nouvelle culture et à profiter d’une expérience inédite sur un bateau qui ne ressemble à aucun autre au monde. Si vous êtes à la recherche d’une destination exotique et mythique, les îles Marquises sont faites pour vous !

Faire une croisière aux îles Marquises à bord de l’Aranui, est le meilleur moyen pour découvrir les 6 îles habitées de l’archipel dans toute leur splendeur. L’Aranui 5 est un navire mixte de ravitaillement et de transport de passagers. Ainsi peut-il accueillir, à chaque voyage, jusqu’à 230 passagers dans ses 103 cabines, mais aussi pas moins de 2500 tonnes de fret. Sa route le mène, à travers les Tuamotu, jusqu’aux Marquises, avant un retour à Tahiti. Dans ces îles éloignées, il n’est pas seulement un bateau de croisière, mais un lien essentiel avec le reste de la Polynésie. Quand vous pénètrerez dans les baies cachées des Marquises, alors vous le ressentirez, l’Aranui vous propose bien plus qu’une croisière : un voyage d’aventurier. L’Aranui aux Marquises est une expérience absolument marquante, dépaysante, parfaite pour qui recherche une vraie immersion culturelle. Îles mystérieuses et encore peu connues du grand public, l’Aranui est le moyen le plus original et authentique de découvrir les îles Marquises avant que tout le monde décide de s’y rendre !

La réponse est oui ! Une croisière aux îles Marquises est une destination de vacances parfaite pour les familles qui recherchent un voyage authentique et hors des sentiers battus mais dans le plus grand confort. Les excursions proposées lors de la croisière avec l’Aranui, vous feront découvrir la culture marquisienne à travers les villages, les sites archéologiques et historiques, les artisans. De nombreuses activités sont prévues dont des balades à pied dans des sites naturels grandioses, des démonstrations de chants et danses, de l’artisanat, du 4×4 mais aussi du snorkeling ou, en extra, de la plongée. L’expérience Aranui conviendra donc très bien à des familles avec enfants, notamment si les enfants sont suffisamment grands pour apprécier la découverte d’une autre culture.

Le coût d’une croisière aux îles Marquises à bord de l’Aranui est estimé à environ 5000 à 7400 euros par personne, selon le type de cabine choisie, mais peut descendre à moins de 3200 euros en dortoir. Ce budget comprend l’hébergement et la pension complète à bord du navire (avec le vin de table, l’eau, thé et café), toutes les excursions prévues au programme et les taxes. Il faut rajouter entre 1500 et 2000 euros pour les vols internationaux aller-retour. À ce budget, il faut ajouter le coût des assurances et des dépenses annexes (massages, achats à la boutique du navire, excursions ou plongées en extra etc). Le prix indiqué est un prix moyen, Celui-ci peut varier en fonction de paramètres tels que la période de réservation, le niveau des services choisis, etc.

▲ Retour en haut de page