ÎLES DE LA SOCIETE

Logo gris

Les îles Société, la carte postale polynésienne

Cet archipel doit son nom au capitaine Cook, en hommage à la Royal Society de Londres qui avait financé son premier voyage (1769). Son poids démographique et économique est important avec 87% de la population (243 290 habitants en 2017) et plus de 90% du PIB. Les Îles de la Société sont divisées en deux groupes : les Îles du Vent et les Îles Sous-le-Vent.

Les Îles du Vent

Elles sont composées de quatre îles hautes : Tahiti, Moorea, Mehetia, Maiao et d’un atoll, Tetiaroa. Toutes sont habitées (hormis Mehetia, dont l’accès est réglementé) et leur population cumulée, 207 330 habitants (essentiellement Tahiti et Moorea), représente les ¾ de la population globale. L’île de Tahiti (qui représente plus du quart des terres émergées de Polynésie française) accueille la capitale (Papeete), l’aéroport international à Faa’a et le principal port de la région, ainsi que de nombreux services administratifs, l’université, un centre hospitalier, des musées, des zones industrielles et l’essentiel des commerces… C’est aussi la porte d’entrée pour le tourisme international de la destination Tahiti Et Ses Îles. Moorea, son île sœur, est une destination touristique de renom.

Les Îles Sous-le-Vent

Situées dans la partie occidentale des Îles de la Société, 9 îles (pour environ 35 000 habitants) composent les Îles Sous-le-Vent : Huahine, Raiatea, Taha’a, Bora Bora, ainsi que Tupai et Maupiti ; plus trois atolls : Mopelia, Scilly et Bellinghausen. Les Îles Sous-le-Vent tiennent leur nom de leur position par rapport aux alizés. Elles ont une superficie totale de 430 km². Plus anciennes que les Îles du Vent, elles sont entourées chacune d’un vaste récif qui préfigure les atolls en direction desquels les îles hautes vont évoluer dans plusieurs millions d’années. Les motu (îlots) situés sur ces récifs et la couleur des lagons constituent l’un de leurs principaux attraits touristiques. Bora Bora a la réputation d’être « la perle du Pacifique », et le marae Taputapuatea, site sacré à Raiatea, a été classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité, par l’UNESCO.

Bora Bora, Moorea, Tahaa, Maupiti, Raiatea, Huahine : des noms qui font rêver, des îles incontournables pour tous les amateurs de lagons paradisiaques.

Logo gris

Huahine

Moins visité que sa voisine Bora Bora, ce luxuriant jardin d’Eden tropical et ses habitants ont conservé la chaleur et la simplicité qui caractérisent les Polynésiens dont la plupart n’ont pas subi l’influence du monde moderne. Huahine est en fait constituée de deux îles reliées par un petit pont. Au nord, Huahine Nui, ou grand Huahine, est l’endroit où se trouve le village principal de Fare. L’île recèle de plusieurs marae, de petits musées exposant des objets et vestiges retrouvés pendant des fouilles, des pièges à poissons en pierre, une méthode ancestrale appelée « pêche paresseuse » et vous pourrez même trouver des anguilles sacrées aux yeux bleus. Au sud, Huahine Iti, ou petit Huahine, bien qu’un peu plus accidentée, offre des paysages de carte postale, de magnifiques plages de sable blanc et un lagon aux nuances variées de bleus et de verts à l’extrémité de l’île.

Moorea

Moorea, “le lézard jaune” en tahitien, est un des endroits les plus mémorables de Polynésie. Les deux baies presque symétriques du côté nord, Baie de Cook et Baie d’Opunohu, avec en toîle de fond une grande crête montagneuse, sont aussi impressionnantes depuis la mer que depuis le Belvédère qui offre une vue panoramique sur le point culminant de l’île, le mont Rotui. Les activités terrestres et nautiques abondent sur Moorea.

Raiatea

Raiatea, anciennement appelée Havai’i, est considérée comme le berceau de la civilisation polynésienne. L’expansion des Polynésiens dans tout le Pacifique a commencé très exactement d’ici. Après avoir reçu des bénédictions au cours de cérémonies et célébrations sacrées, les navigateurs partaient en pirogue traditionnelle pour conquérir le grand bleu.

Raiatea dispose d’un site archéologique classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco : le marae sacré de Taputapuatea. Taputapuatea était le lieu dédié aux cérémonies inaugurales, alliances politiques et rencontres internationales. Le site était tabou en tant que centre des pouvoirs religieux et politiques de toute la région polynésienne. Aujourd’hui, les communautés d’Hawaï, de Nouvelle-Zélande et des Îles Cook se rencontrent toujours dans ce lieu sacré et de pèlerinage qu’elles considèrent comme le foyer de leur culture.

Raiatea attire les scientifiques du monde entier et les amoureux de la nature en raison de ses espèces endémiques de la faune et de la flore. Le mont Temehani abrite le tiare ‘Apetahi (ainsi qu’une trentaine d’autres plantes endémiques), une fleur unique au monde devenue le symbole de Raiatea. Cette fleur délicate et blanche forme un demi-cercle et ne fleurit qu’à l’aube.

Bora Bora

On peut y aller cent fois, on ressent toujours la même émotion, un émerveillement répété, renouvelé : Bora Bora, la perle du Pacifique, « première née » en reo ma’ohi des Polynésiens des Raromatai qui l’appellent aussi Mai te Pora – Créée par les dieux.

On ne connaît souvent Bora Bora qu’en arrivant par le ciel. Prendre la passe Teavanui avec l’Aranui est donc un rare privilège, d’habitude réservé aux croisiéristes ou aux voiliers. L’émotion n’en sera pas moins forte, au contraire. Le jeu du lagon vous saisit vite, sous le regard rassurant de la vieille montagne sacrée, érodée par les ans et les pluies, le mont Otemanu. Sous son ombre et dans ses baies, les petits villages de Bora vivent au rythme de ce lagon inimaginable, où tous les
bleus et les verts de la création ont été rassemblés.

Taha'a

Petite sœur de Raiatea avec qui elle partage le même lagon, Taha’a est un bijou de sérénité. Appelée aussi « l’île Vanille », pour la quantité et la qualité de ses plantations d’où émane un délicieux et envoûtant parfum, Taha’a ressemble à un immense jardin coloré ! Jadis appelée Ūpōrū, nom qui n’est pas sans rappeler celui de l’île de Upolu aux Samoa et d’où sont également parties de grandes migrations, l’histoire de Taha’a est indissociable de celle de Hiro, héros légendaire qui réalisa de nombreux exploits : vous en apercevrez les traces tout autour de l’île sur des sites pittoresques emprunts de mystère…

Un peu moins de 5 000 habitants vivent sur cette île qui a gardé le rythme traditionnel de la Polynésie d’antan : culture de la vanille, perliculture, coprah, pêche mais aussi tourisme forment l’équilibre de vie de Taha’a. 

Maupiti

Surnommée “la petite Bora Bora”, Maupiti est une petite île (11 km), isolée et authentique. De magnifiques paysages, d’innombrables plages de sable blanc à la fois sur l’île et les motu, des sommets légendaires et des sites anciens se fondent parfaitement avec le style de vie amical et souriant des insulaires. Le mont Te’urafa’atiu, à 381 mètres, est le point culminant de Maupiti. Cette petite île représenterait une des plus vieilles civilisations polynésiennes.

Loin des flux touristiques, Maupiti séduit par sa splendeur, son atmosphère tranquille et la spontanéité de ses habitants.